Blonde Attitude de Plum Sykes, de la chick lit en mode Sex and the City prude

L’autre jour, j’ai fait ma razzia de chick lit d’occasion à prix vraiment ridicules chez Boulinier et je vous fais part petit à petit de mes résultats de lecture. Après Petites embrouilles et pieux mensonges d’Elizabeth Young, voici Blonde Attitude de Plum Sykes.

L’histoire

BlondeAttitude

Le packaging du bouquin est assez étrange car on nous vend l’histoire de Julie Bergdorf (à travers le titre, le résumé, la couverture etc.), une héritière blonde new yorkaise à la recherche d’un mari alors qu’en fait, cette Julie n’est qu’un second rôle! La vraie héroïne, c’est sa meilleure copine, qui n’a pas de nom je crois… A vrai dire, je ne m’en souviens plus et je viens de feuilleter tout le bouquin sans le trouver. Cette héroïne donc, qui est brune, raconte l’histoire à la première personne. Jusqu’à la page 55, elle nous fait croire que ce sera l’histoire de Julie qui cherche un fiancé parce que c’est à la mode chez les riches new-yorkaises… Puis elle rencontre un mec canon et populaire et tout se recentre sur elle.

Bienvenue dans un monde où les grands couturiers, les fêtes m’as-tu vue et les hommes riches sont les seules raisons d’être d’une jeune femme. La brunette nous raconte sa succession de relations amoureuses foireuses d’un connard riche, bon amant et sexy à un autre connard riche, bon amant et sexy. Elle veut se fiancer à un bon parti comme on irait acheter son pain. En dehors de sa chasse à l’homme discrète, elle va à des ventes privées Chanel, collectionne les jeans Chloé, potine avec sa copine Julie, se rend à des soirées du gratin new-yorkais, part faire des virées de luxe en Europe, et accessoirement, quand elle a le temps, bâcle un ou deux articles pour le journal féminin pour lequel elle travaille, ce qui lui vaut l’étiquette de « fille carriériste ».

Mon avis

J’ai été étonnée de voir autant de critiques assassines parmi les blogueuses (exemple sur le blog des Livres de Milou, sur celui de She’s a Pink Lady ou sur celui de Vilaine Fifi), surtout quand je le compare au précédent livre de chick lit que j’ai chroniqué, Petites embrouilles et pieux mensonges qui avait été reçu très positivement par les lectrices de romance alors que je l’avais trouvé franchement mal écrit. Même si c’est loin d’être un chef d’oeuvre, Blonde Attitude a quand même pour lui une écriture fluide et agréable!

J’ai d’ailleurs plutôt apprécié le début de l’histoire, dans un univers à mi-chemin entre Gossip Girl et Sex and the City, avec une pincée d’auto-dérision. Soyons clair, les personnages féminins débordent de superficialité. C’est annoncé dès le début, on dirait presque que l’héroïne s’en vante : bref, on sait à quoi s’attendre. Du coup, je prenais ça comme une plongée distrayante dans un monde quasi-imaginaire faits de strass et de problèmes d’enfants gâtés. Je trouvais l’univers assez drôle, assez exotique, il y avait même des passages que je trouvais bien vus, plein de dérision, notamment lorsque le dermato s’impose comme le nouveau psy des New-Yorkaises branchées. Les personnages secondaires sont aléatoires, certaines filles sont un peu énervantes, les garçons assez plats mais j’ai beaucoup aimé les personnages de Julie et Jazz parce qu’elles ne se prennent jamais la tête. Et puis vu que la brunette n’était pas censée être l’héroïne principale mais qu’elle racontait l’histoire, je la voyais un peu comme une bonne copine.  J’ai vraiment sympathisé avec sa première rupture par exemple.

Mais à partir de là justement, tout a dérapé. C’est sympa deux minutes d’entendre parler de vêtements de luxe et de séjours au bord de la piscine à Cannes, ça fait gentiment rêver tout ça mais après un moment ça devient barbant. Et puis c’est difficile de garder son empathie pour la brunette : je n’arrive pas à comprendre comment elle peut se lamenter à ce point sur sa vie comme si elle vivait les pires moments de son existence tous les jours sans pour autant chercher à évoluer d’un seul pouce! Contrairement à Gossip Girl avec quoi on pourrait comparer l’ambiance de cette histoire, les filles n’ont pas vraiment l’intelligence ou la débrouillardise de Blair ou de Serena (de la série, ça pourrait éventuellement ressembler au bouquin) : d’un côté on a des New-Yorkaises qui ont tout pour devenir puissantes et font en sorte de l’être, de l’autre on a des New-Yorkaises écervelées qui boivent des cocktails en ne se posant jamais de questions.

GossipGirl

Une héritière new-yorkaise blonde qui fait la une des journaux people et sa meilleure copine brune… ça pourrait être un Gossip Girl 2 sauf que les héroïnes manquent sacrément d’ingéniosité et de bon sens.

Il y a bien sûr une histoire d’amour plus ou moins phare, ce n’est pas un spoiler même si c’est franchement léger. Elle rencontre un mec et on se dit « c’est lui ». Sauf qu’elle met un sacré paquet de temps à le comprendre, en nous faisant croire qu’elle le déteste, et en sortant avec une ribambelle de connards avant. Cette héroïne, sentimentalement, c’est un peu le cliché des filles de comédies romantiques américaines : elle n’accepte de sortir qu’avec des hommes qui, en plus d’être beaux, sont riches et convoités. Au début c’était du second degré donc ça me faisait sourire, mais à la fin, je me demandais si l’auteure n’y croyait pas vraiment en fait.

Dans le bouquin, on parle de sexualité, comme dans Sex and the City qui se passe dans un univers similaire. Sauf que le langage n’est pas le même. Je crois qu’on lit le mot « coucher » ou « sexe » peut-être deux fois à tout casser alors que notre héroïne y pense beaucoup, si ce n’est tout le temps. En fait, elle est tellement peu à l’aise pour en parler qu’elle a trouvé une super métaphore : le Brésil. Vu qu’elle se fait une épilation intégrale « à la brésilienne », elle n’a rien trouvé de mieux que de remplacer la phrase « on a couché ensemble » par « on a visité le Brésil ensemble » ou « il m’a fait un cunnilingus » par « pendant qu’il était au Brésil » etc. J’ai trouvé ça bien cucul, surtout que la fois où quelqu’un lui demande « et le sexe? » elle est hyper choquée par le mot. Et puis vive le réalisme : chaque mec avec qui elle couche est meilleur amant que le précédent. Déjà le premier, il l’emmène au septième ciel… alors ça devient vite douteux quand elle finit le bouquin en disant que le mec final est mieux que tous les autres. Beaucoup de filles rêveraient d’avoir autant de chance à tous les coups, ma chérie…

sex-and-the-city

Notre brunette, journaliste féminin, traine dans les réceptions new-yorkaises branchées avec ses trois meilleures copines, un cocktail à la main et des vêtements de créateur sur le dos, comme dans Sex and the City. Mais ses copines sont moins futées que celles de Carrie, et elles toutes franchement moins délurées.

Enfin, quoiqu’il en soit, arrivée à la fin, je n’avais plus trop envie de le lire mais ça avait été un moment distrayant. Comme c’est relativement bien écrit et bien mené, je n’ai pas eu particulièrement envie de sauter des passages et je ne dirais pas non pour l’emporter à la plage.

Advertisements

3 réponses à “Blonde Attitude de Plum Sykes, de la chick lit en mode Sex and the City prude

  1. J’ai ce livre en version papier moi aussi, et je l’ai plutôt bien aimé dans le sens où je lis ce genre de bouquin quand j’ai envie de quelque chose de léger quand je n’ai rien à regarder sur mon ordinateur (oui je n’ai pas la télé lol)
    J’avais relevé aussi cet excès de métaphores pour le Brésil, au début j’avais trouvé ça drôle mais comme l’auteure s’en sert jusqu’à la fin, ça devient lourd. Je suis du coup d’accord avec toi pour le côté prude ! Idem pour la confusion pour l’héroïne !
    Quant aux personnages, c’est certain qu’ils n’ont pas beaucoup de profondeur, en cela je n’ai pas compris pourquoi ce bouquin s’est retrouvé sur les présentoirs des librairies comme si c’était le livre le plus fun de l’année… Par contre j’ai bien aimé le personnage masculin avec lequel elle finit, son côté simple alors qu’il est riche (et convoité?) lui aussi héhé

    • Ah bon?? Le bouquin était en tête de gondole dans les librairies?? ça explique pourquoi j’en ai trouvé des dizaines disponibles en occasion ahah!

      Le personnage mec final (le seul « normal » de tout le bouquin d’ailleurs) est plutôt pas mal mais j’ai du mal à comprendre comment il peut être si intéressé par l’héroïne et par sa copine tout aussi superficielle. Je me dis que soit
      1) il n’est intéressé que par leur plastique parfaite obtenue à force de dollars mis dans les coiffeurs, régimes excentriques, esthéticien et dermato et dans ce cas c’est pas franchement un prince charmant,
      2) il croit que toutes les filles sont superficielles et déconnectées des réalités, et donc qu’il n’a pas le choix s’il veut rester hétéro… et dans ce cas, je trouve triste pour lui qu’il ne se rende pas compte qu’il y en a d’autres hors de ce milieu bizarre.

      Et en fait, j’ai été déçue par l’intrigue avec lui et j’ai eu du mal à y croire. On s’en doute dès qu’on le rencontre mais vu que l’héroïne s’acharne à nous montrer qu’il ne l’intéresse pas du tout pendant les 3/4 du bouquin et qu’ensuite elle change d’avis parce que 1) il est mignon quand même, 2) elle est drama queen et a déjà vu une belle rimbanbelle de connards donc elle a besoin de faire rassurer et 3) coup de grâce, il a une excellente situation… J’ai pas trouvé ça très romantique en fait looooool.

      Mais comme je le dis, les 50 premières pages, j’étais plutôt contente de lire, c’est au fur et à mesure que je n’ai plus aimé… 😉

      • Ce n’est pas le bouquin qu’on lit et relit/qu’on garde précieusement dans sa bibliothèque ça c’est sûr 😉
        De toute manière je range mon cerveau le temps d’un livre comme ça, c’est aussi pour cette raison que j’aime bien la chick lit/les harlequins, ça relaxe hihi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s