Les soirées de l’ambassadeur sont toujours un succès: le 14 juillet à l’Ile Maurice

Est-ce que les soirées de l’ambassadeur ressemblent aux pubs de Ferrero Rocher, me suis-je toujours demandé? J’avais déjà été invitée à quelques événements de l’ambassade mais jamais encore à un aussi prestigieux que le cocktail du 14 juillet où tout le gratin du pays se presse en tenue « de ville » (comprendre « chic ») pour siroter du champagne en écoutant le discours ronflant de Monsieur l’Ambassadeur de France.

Cette année, donc, je faisais partie du gratin. Oui, oui, j’étais sur la prestigieuse guest list sûrement grâce à mon ami le pifomètre parce que je suis à peu près sûre d’avoir été invitée dans le cadre de mon travail (j’ai reçu l’invitation à l’adresse du boulot et je ne suis pas inscrite sur la liste du Consulat) mais bizarrement aucun de mes chefs ne l’a été. Allez savoir ce que j’ai de si prestigieux en moi.

J'aime quand les ambassadeurs me prient!

J’aime quand les ambassadeurs me prient!

La réception avait lieu « pendant l’escale de la Frégate Floréal ». D’après le Ministère de la Défense, le Floréal est une « frégate de surveillance » souvent basée à la Réunion :

« Les frégates de surveillance répondent à un besoin opérationnel précis : le contrôle des espaces maritimes éloignés de la métropole sur lesquels la France étend sa souveraineté et l’action en zone de crise limitée. De nombreuses missions peuvent leur être confiées :

  • Permanence à la mer avec la capacité de surveiller, renseigner ou s’opposer à un perturbateur
  • Police de la navigation et surveillance des pêches en zone économique exclusive (ZEE)
  • Mise à terre d’éléments d’intervention
  • Évacuation de ressortissants »

Donc voilà que je m’apprêtais à vivre le 14 juillet à boire du champagne sur un bateau militaire qui combat les pirates et possède son propre hélicoptère de combat. Je trouvais la perspective amusante. Mais que nenni, accompagnée d’un ami, me voilà débarquée au terminal de croisière de Port-Louis, la capitale de l’Ile. En fait, la réception avait lieu… sous une tente en plastique montée dans un parking à côté de la frégate.

14 JUILLET tente

Admirez cette tente de soirée et ce béton de parking!

Quand je repensais à l’article que j’avais vu sur le site de l’ambassade nous vantait la cérémonie de 2012 qui avait eu lieue au Château de La Bourdonnais, un domaine colonial du XIXe siècle (une antiquité pour une île occupée humainement depuis seulement quelques siècles) devenue depuis une rhumerie, je me disais que ça devait être plus proche des pubs Ferrero Rochers.

Comme le commentait un homme d’une soixantaine d’années derrière moi à son voisin : « Les soirées de l’ambassade de France ne sont plus ce qu’elles étaient, on voit qu’il y a des restrictions budgétaires  Il y a vingt ans, le champagne coulait à flot le 14 juillet et c’était un autre décor. » Effectivement, les soirées de l’ambassadeur sont maintenant sponsorisés par des entreprises dont nous avons reçu la liste avec notre invitation (c’est la crise pour tout le monde mes pauvres amis) et elles sont aussi diverses que des restos, le Club Med, Total, Peugeot ou encore une banque mauricienne. Et les organisateurs semblaient avoir été assez Picsous au point de réquisitionner les marins du Floréal pour faire le service boisson et petits fours! Je dois reconnaître à ces militaires un enthousiasme surprenant pour s’occuper des invités à la soirée : personne n’avait jamais le verre vide ou le ventre creux grâce à leurs tours de salle, un plateau à la main. J’ai aussi repensé à un commentaire que j’ai entendu dans un reportage sur le 14 juillet à Paris sur France 24, un soldat français interviewé en train de repasser son uniforme pour le défilé sur les Champs-Elysées déclarait fièrement : « Dans l’armée, on est très bons en repassage – dans l’armée on sait tout faire. » Et je le dis sans me moquer parce que j’ai été serveuse au plateau et que j’ai fait ce genre de réception moi aussi : dans l’armée on est aussi visiblement très bons pour porter des plateau de champagne dans la foule, et quand même ça nécessite un coup de main qui ne s’improvise pas en 30 secondes.

Bref, les marins du Floréal dans leurs uniformes blancs ont beaucoup fait pour l’ambiance de ce 14 juillet : assurer le service au bar, distribuer les coupes de champagne, faire la visite guidée de la frégate aux invités avec beaucoup de patience… Concernant cette visite, je passerai sur quelques commentaires étranges que mon guide-officier a fait et qui dénotait une différence flagrante de rapport à la guerre et à la diplomatie entre nous pour ne garder que cette déclaration :

« Il y a 9 femmes à bord du Floréal sur 92 membres d’équipage… Car oui en effet, la Marine Nationale s’est beaucoup féminisée« .

Je trouve ça presque mignon d’entendre un soldat penser qu’une armée féminisée c’est moins de 10% de femmes. Je me suis d’ailleurs demandée comment ça se passait pour elles en entendant les récits de leurs mois en mer avec comme unique compagnie les autres membres de l’équipage mais je n’ai bien sûr pas osé poser la question. J’avais l’impression qu’il y avait globalement une bonne ambiance et que les femmes avaient l’air bien s’entendre avec leurs compagnons de croisière mais c’est impossible de dire vraiment comme ça. Après tout, les récents scandales d’agressions sexuelles massifs de l’armée américaine en ont surpris plus d’un tant ils avaient été maintenus sous une forme de loi du silence.

Fregate Floreal

La Frégate Floréal illuminée bleu-blanc-rouge

Sous la tente et avant d’y entrer, on a expérimenté l’effet « ceci est une soirée du gratin » quand des soldats au garde-à-vous saluaient de leurs fusils contre l’épaule les voitures diplomatiques aux vitres fumées qui débarquaient sur le tapis rouge, puis quand l’ambassadeur, le chef de la mission économique, le capitaine du bateau et un énigmatique jeune homme à l’accent espagnol habillé comme un greffier de parlement et qui a passé le reste de la soirée à se promener en lançant des sourires appuyés à tout le monde, son verre à la main (peut-être le maitre d’hôtel dont parle la pub Ferrero?) nous ont serré la main un à un en disant « bienvenue ». Il y a eu aussi le moment « rock star » quand le Premier Ministre mauricien Navin Ramgoolam est arrivé en dernier (alors que l’invité d’honneur annoncé sur le carton d’invitation était le président), entouré d’une myriade de journalistes et de photographes qui le flashaient sans discontinuer. Après ce moment où tous les nouveaux venus comme nous se demandent « qu’est-ce qu’on fait ici-pourquoi ya pas encore à boire-est-ce que je suis le seul plouc venu en jean-pourquoi on est pas sur le bateau mais sous une tente en plastique-au secours le Premier Ministre s’approche de moi, comment réagir », l’orchestre a joué la Marseillaise et le Président de la République mauricien a annoncé le moment du discours de notre ambassadeur, Monsieur Jean-François Dobelle.

Jean-François, pardon Son Excellence, est le portrait craché des jeunes gens sortis de l’ENA et de Sciences Po de sa génération, un peu comme François Hollande qui ne l’a pas nommé à ce poste (ils sont diplômés de l’ENA à seulement un an de différence). Pas très grand, chauve, avec des lunettes de myopes transparentes, il a l’embonpoint sympathique et inoffensif. C’est un peu ce style d’hommes qu’on retrouve posant sur des fonds gris, l’air sérieux, de pages en pages dans les magazines de finances, de business et de politique, avec le même genre de costumes un peu ternes. Cette année, il a évoqué l’amitié et la confiance historiques dans les relations entre la France et l’Ile Maurice, un discours révolutionnaire par rapport à celui de 2012 où il nous expliquait  plutôt :

« Ces relations sont marquées par l’amitié, l’estime et la confiance. Elles puisent leurs racines dans l’histoire et la géographie, deux domaines auxquels il faut toujours se référer pour comprendre la diplomatie d’un pays. La relation spéciale qui existe entre la France et l’Ile Maurice remonte à 1715, avec la prise de possession de l’Ile par Guillaume Dufresne d’Arsel qui la nomme Isle de France.« 

Ou encore avec celui de 2011 où il déclarait carrément :

« Ces relations sont marquées par l’amitié, l’estime et la confiance. Elles puisent leurs racines dans une histoire pluriséculaire et ont toujours été étroites depuis la proclamation de l’indépendance de Maurice le 12 mars 1968 et l’entretien que le Général de Gaulle avait accordé à l’Elysée à Sir Seewoossagur Ramgoolam le 21 janvier 1969.« 

Je me demande s’il relit ses discours des années précédentes et si oui, lui reste-t-il encore d’autres événements historiques à suggérer à son probable successeur d’évoquer pour le discours de l’année prochaine?

Jean-François son Excellence a ensuite conclu sa longue prise de parole diplomatique en citant la liste des sponsors de la soirée, comme avant une émission de la Star Academy sur TF1 et la fête a été lancée avec champagne pour trinquer entre nos pays, feu d’artifice tricolore devant la tente, orchestre jouant le Best-Of France incluant les incontournables Charles Aznavour et Edith Piaf au clairon et officiers de la frégate prêts à trouver des solutions pour les chaussures à talons aiguilles sur leur bateau militaire.

Grâce au vin français, au champagne, au punch coloré (que j’ai pris pour un jus de fruit au premier abord) et au rhum pur, les invités se sont relativement détendus, encouragés par les marins qui avaient clairement envie de passer une bonne soirée plutôt que de se la jouer Ferrero Rocher et engageait la conversation avec tous les gens de moins de 35 ans (le plus vieux du bateau, le commandant, a 42 ans si je me souviens bien donc l’équipage a lui seul baissait la moyenne d’âge de cette réception).

Fleurs

Des fleurs et des spots bleus-blancs-rouges pour égayer le paysage de la tente en plastique

J’en ai profité pour admirer la déco, qui m’a fait penser à mes cours théoriques du BAFA où on nous expliquait que quand on a pas le budget et le temps pour transformer une salle d’un préfabriqué en bateau pirate ou en soucoupe volante, il faut faire appel à l’imagination du public en jouant sur des éléments clés du décor. Je pense que les organisateurs ont effectivement eu leur BAFA aussi puisqu’ils ont tout misé sur des couleurs bleus-blancs-rouges à des endroits stratégiques et sur des fanions de navigation pour nous transporter dans la résidence d’un ambassadeur un 14 juillet (peut-être que les soldats eux-mêmes s’en sont chargés d’ailleurs?).

14 juillet deco

Atelier BAFA : faire oublier aux invités qu’ils sont sur un parking grâce à des drapeaux trouvés dans le coffre à matériel et des nappes de couleurs

Je suis partie vers 21h et il y avait encore du monde, donc je ne peux malheureusement pas vous dire si les soirées de l’ambassadeur mixées à la Marine Nationale se finissent en orgie. Par contre, plus de la moitié des invités avaient déjà désertés et il restait surtout les jeunes et les gens de l’ambassade.

Alors j’espère Monsieur l’Ambassadeur Successeur de Jean-François que vous ne me tiendrez pas rigueur de cet article et que vous me prierez encore l’année prochaine d’assister à votre réception du 14 juillet car j’ai bien envie de savoir si à défaut de servir des Ferrero Rochers, vos soirées se terminent à coups de chants paillards, de costume « de ville » tâchés de vin français et de roulages de pelles dans les replis des tentes en plastique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s