#BlogActionDay – Cinq associations à rejoindre pour lutter contre les inégalités depuis la France

Blog-Action-Day2014

J’ai découvert Blog Action Day il y a seulement quelques jours et comme j’étais passablement débordée, je n’ai vraiment pas eu le temps d’écrire un article. Je ne pense pas que je pourrais le faire avant la fin de la journée mais comme je veux vraiment participer à l’événement, je vais quand même faire ma petite contribution.

Blog Action Day est un événement blogging qui a lieu tous les ans depuis 2007. Des blogueurs, des institutions, des ONG écrivent leur point de vue sur un sujet choisi par les organisateurs et postent tous leur article le même jour. Cette année, le thème est celui des inégalités et l’événement est loin d’être mineur : des milliers de tweets ont déjà été posté, 1600 blogueurs de 113 pays sont inscrits… et parmi les auteurs en dehors des blogueurs classiques, on trouve des personnes aussi variées que des professeurs, des ONG internationales comme Oxfam ou même des postes diplomatiques britanniques! Les articles sont bien sûr aussi inégaux que leurs auteurs sont diverses : entre certains qui égrènent des banalités et d’autres qui sont particulièrement pointus, on peut surtout avoir accès à des voix du monde entier… et ça change! Pas étonnant du coup que la plateforme de blogging Global Voices, qui relaie des articles sur des régions du monde moins évoquées dans la presse traditionnelle, soit parmi les supporters actifs de l’initiative.

Personnellement, je n’ai pas le temps d’écrire un article de fonds sur les inégalités ou de publier une analyse d’une injustice sociale. Mais c’est un sujet qui me tient à coeur et j’ai pensé que je pouvais utiliser mon expérience de militante pour participer à l’événement en conseillant de bonnes adresses associatives à des lecteurs qui ne sauraient pas par où commencer. La lutte contre les inégalités sociales ne se fera pas magiquement et il est donc nécessaire de nous impliquer! Je ne sais pas trop si on peut qualifier mon blog de « français » mais je vais quand même me concentrer sur des ONG françaises pour simplifier le sujet.

Toutes les ONG que je cite ont été testées et approuvées soit parce que j’ai milité pour elles, soit parce que je suis leurs publications et leurs actions de très près, par exemple en connaissant des gens qui y sont impliqués ou en les lisant régulièrement. Je ne donne pas ces noms parce que « ça a l’air intéressant » mais parce que je sais personnellement qu’elles sont vraiment sérieuses et actives dans leur domaine.

1. AFEV : les inégalités scolaires

LogoAFEV

Cette association qui cible principalement les étudiants est un nom évident pour le sujet des inégalités puisqu’elle a fait de la lutte contre les inégalités scolaires son cheval de bataille. L’AFEV propose aux jeunes qui souhaitent la rejoindre d’encadrer un enfant en difficulté sociale ou scolaire pour l’aider à avoir accès à des ressources culturelles dont il est généralement exclu et ainsi à remonter la pente du décrochage scolaire. C’était déjà un acteur important du monde associatif étudiant mais depuis quelques années, l’organisation est de tous les combats contre les inégalités scolaires, organise des concertations nationales, et exerce une pression active auprès des politiciens.

Elle existe dans toute la France et même dans certains des départements d’outre-mer. Si vous souhaitez donner du temps pour l’égalité dans l’éducation et que vous êtes à la fac ou en école, c’est la bonne porte où frapper.

Ses défauts : Comme dans toute association, elle est parfois désorganisée au niveau du terrain et vous pourrez avoir l’impression de ne pas être bien formé à faire face à des enfants qui n’ont pas une bonne image de l’école et ne sont donc pas forcément motivés par votre présence. Tout dépend de votre groupe local et de ses coordinateurs mais n’hésitez pas à faire remonter toutes vos angoisses.

Sa présence sur Internet :

2. Amnesty International : les droits humains

Logo Amnesty

Qui n’a jamais entendu parlé d’Amnesty International? C’est une des ONG internationale de référence sur les droits humains, ses rapports ont de gros retentissements et c’est très très mérité. AI est très prudente dans ses déclarations, elle vérifie scrupuleusement chaque accusation et ne prend pas position au gré de l’actualité. Elle essaye aussi au maximum d’être neutre, ce qui est possible grâce à son indépendance financière des gouvernements, et fait ce qu’il faut pour s’en référer purement et simplement au droit international, c’est pourquoi pendant de longues décennies des gens avec des positions aussi opposées que les pro et anti-avortement se côtoyaient chaleureusement dans ses rangs. Pour re-situer sur l’avortement, jusqu’aux années 2000, AI n’avait aucune position sur le sujet : ni pour ni contre, elle considérait que ce n’était pas son rôle de statuer puis elle a récemment reconnu l’avortement comme un droit fondamental dans certaines circonstances, principalement en cas de mise en danger de la femme enceinte. Dans les autres cas, elle ne dit pas que ce n’est pas un droit, elle laisse d’autres organismes décider. Cet effort de neutralité permet à l’ONG de concilier assez bien des cultures très différentes sous un même mouvement tout en restant intransigeante quand quelque chose va à l’encontre du droit international.

Amnesty International existe dans de nombreux pays, y compris en France, et forme une structure pyramidale : les grandes lignes sont fixées à Londres mais chaque section nationale choisit ses propres priorités en accord avec le siège. Enfin, dans chaque pays il existe aussi des dizaines voire des centaines de groupes locaux où les membres décident des actions qu’ils vont mener. Cette organisation offre un excellent équilibre entre l’universalité des droits, la théorie, le terrain et les préoccupations locales.

L’ONG traite de tous les sujets liés aux droits humains : contrairement à une vieille vision des droits de l’Homme, on ne parle plus uniquement des droits politiques et civiques comme des élections et une presse libres ou l’interdiction de la torture, sujets qui sont souvent au coeur des campagnes de l’ONG. Aujourd’hui, les droits humains comprennent aussi ce qu’on appelle les droits économiques, sociaux et culturels et c’est ainsi que vous retrouverez Amnesty aux premières lignes de la lutte contre les expulsions forcées, du droit à disposer de son corps ou même des questions de changement climatique. En bref, AI lutte clairement contre les inégalités dans le monde! Avec elle, vous mènerez surtout des actions de sensibilisation auprès du public et de pression auprès des autorités : elle a plus de 50 ans d’expérience dans ce domaine et connait toutes les ficelles. Vous pourrez faire campagne sur tous les pays du monde où des atteintes aux droits humains sont commis, y compris sur la France!

Ses défauts : Une ONG aussi renommée se fait forcément beaucoup d’ennemis. Certains l’accusent d’être trop occidentalo-centrée, une critique que je ne partage pas vraiment et contre laquelle elle essaye de lutter en répartissant mieux ses bureaux stratégiques autour du monde (Londres ne prendra a priori plus toutes les décisions et il y aura des bureaux-clés au Kenya, en Afrique du Sud, au Mexique etc.) ou en mettant à des postes essentiels des personnes non-occidentales (le président international actuel est Indien, celle d’avant était Bengladeshi). On reproche aussi à Amnesty d’être trop bureaucratique car chaque parole malheureuse prononcée en son nom par un membre peut abîmer sa réputation : elle exige donc une grande prudence qui n’est pas du goût de tout le monde et un système de vérification de toutes les publications qui peut sembler très lourdes à ceux qui aiment agir vite. Et bien sûr, il y a toutes les critiques « au cas par cas » qu’on peut lui faire sur différentes campagnes et qui dépendent de votre point de vue.

Amnesty International France sur Internet :

3. Le GENEPI : la prison

Logo GENEPI

Même si beaucoup aiment clamer que les prisonniers y sont parce qu’ils n’ont pas de morale, qu’ils sont fous ou que c’est leur nature, ce n’est un secret pour personne que nous sommes inégaux face à la prison. Certains groupes sociaux y sont sur-représentés et ce n’est pas parce qu’ils sont plus dangereux mais plutôt parce qu’ils n’ont pas eu accès aux mêmes armes que les autres.

Le GENEPI est une association exclusivement étudiante qui intervient en prison afin d’aider à préparer la réinsertion des détenus, un sujet que l’administration pénitentiaire n’a malheureusement pas toujours les moyens de prendre à bras-le-corps. Les étudiants vont à la rencontre des détenus et leur proposent animations, soutien scolaire, inititations culturelles etc. Le GENEPI a des soutiens de poids dans la classe politique française, à commencer par Robert Badinter, l’une des voix les plus vibrantes sur le sujet. L’association a un système de formations et de séminaires passionnant et très bien huilé, généralement financé suffisamment pour que vous puissiez y assister même en dehors de votre région sans payer. Elle existe dans toute la France et vous permettra d’aller à la rencontre d’un monde trop mal connu.

Ses défauts : Son équipe est principalement bénévole et élue pour un an, ce qui fait qu’il peut y avoir une qualité dans l’organisation un peu moindre certaines années. Le monde pénitentiaire étant aussi très strict avec des procédures lourdes, vous pouvez passer beaucoup de temps à attendre votre autorisation pour intervenir dans certains lieux de détentions.

Sa présence sur Internet :

4. La CIMADE : le droit des étrangers

Logo-CIMADE

Le traitement des étrangers est l’un des sujets les plus brûlants de cette dernière décennie. Les inégalités dont sont victimes les étrangers en France et en Europe sont croissantes avec un traitement toujours plus dur voire parfois carrément illégal : la France a ainsi été condamnée à plusieurs reprises par la Cour Européenne des Drotis de l’Homme sur ce thème! La CIMADE est l’une des associations de référence dans le domaine : elle dénonce sans relâche les dérives, apporte un soutien unique aux étrangers sur le point d’être expulsés et fournit de nombreuses données pour contrer les discours xénophobes.

Si vous avez des compétences juridiques, vous pourrez lui être très utile, notamment en conseillant et assistant les étrangers sur le point d’être expulsés ou craignant de l’être. Mais si vous êtes prêts à vous investir sur le long terme, elle pourra aussi vous former quelque soit votre parcours. Dans tous les cas, lisez ses documents, re-transmettez ses publications, c’est déjà une action!

Ses défauts : La Cimade n’a à mon sens pas la notoriété qu’elle mérite malgré plus de 60 ans d’existence et je pense que c’est dû au fait qu’elle ne travaille pas assez sa communication grand public et manque visiblement de moyens dans ce domaine.

Sa présence sur Internet :

5. Les Amoureux au Ban Public : les couples franco-étrangers

LogoAmoureuxauban

Petite soeur de la CIMADE, les Amoureux au Ban Public traite d’une thématique assez proche puisqu’elle agit pour aider les couples dont un conjoint est français et l’autre étranger. Vous ne le savez peut-être pas mais si un Français épouse un étranger non-européen, il est souvent obligé de prouver la réalité de son amour, même s’il a un long passé de vie commune et des enfants, et parfois, l’administration ne trouve pas ça suffisant et sépare de force les deux conjoints en renvoyant l’étranger dans son pays sur soupçon de mariage blanc. J’ai récemment entendu le témoignage d’une femme, employée comme fonctionnaire du gouvernement français à l’étranger, mariée à un étranger depuis 20 ans et dont elle avait même une fille. Après sa longue expatriation, elle rentre avec mari et fille… Et que lui demande l’administration française? De prouver que son mariage n’est pas un mariage blanc! Ce genre de situations qui sembleraient ridicules si elles n’étaient pas aussi effrayantes sont monnaies courantes. L’inégalité frappe les couples mixtes, parfois de manière franchement dramatique. Je vous conseille de lire mon article sur le documentaire tournée par l’association pour en savoir plus.

La meilleure aide que vous puissiez fournir aux Amoureux, c’est probablement de les suivre, de les soutenir et de faire entendre votre révolte quand ils dénoncent un cas.

Ses défauts : L’association s’adresse d’abord aux couples mixtes et peut donc sembler un peu trop intimiste pour ceux qui ne sont pas personnellement concernés mais cela a aussi l’avantage d’humaniser son combat.

Sa présence sur Internet :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s