Magic Mike et ses strip-teaseurs, le faux film girly est en fait un film de mecs

Cela fait longtemps que j’ai des choses à dire sur Magic Mike, un film de Steven Soderbergh avec Channing Tatum qu’on nous avait annoncé comme méga-girly mais qui ne l’était en fait pas du tout. Avec la sortie de sa suite Magic Mike XXL prévue pour juillet et les premières bandes-annonces déjà disponibles en ligne, je voulais faire le point sur l’arnaque marketing qu’est cette histoire de strip-teaseurs complètement macho.

L’histoire

Magic-Mike-PosterMike (Channing Tatum) travaille dans un club de strip-tease de la ville de Tampa en Floride dont il l’est l’une des stars. Son patron, Dallas (Matthew McConaughey), prend très au sérieux leur tâche et emploie une grande bande de danseurs (joués entre autre par Matt Bomer, Joe Manganiello, Adam Rodriguez etc.) qui profitent à fond de leur mode de vie et de l’admiration qu’ils suscitent chez les femmes. Un jour, Mike fait la rencontre d’Adam (Alex Pettyfer) qui cherche un travail. Il se lie d’amitié avec lui, finit par lui proposer de rejoindre l’équipe et tombe sous le charme de sa soeur Brooke (Cody Horn) à qui il promet de prendre soin de la nouvelle recrue. Mais Adam, enivré par le succès, l’argent facile et la drogue qui circule dans les fêtes du milieu, ne tarde pas à partir à la dérive. Au même moment, Mike se rend compte qu’il aspire à une vie plus sérieuse et plus stable et que ses projets artistiques ne sont pas assez respectés par Dallas. Tiraillé entre son amour naissant pour Brooke qui désapprouve son mode de vie et son ancienne amante qui ne le respecte pas, il doit faire un choix.

« L’objectisation masculine n’existe pas » déclare Big Dick Joe le strip-teaseur

Suite à quelques énormes succès ciné menés par des femmes comme Hunger Games ou Frozen et la popularité de personnages de série forts comme dans Game of Thrones, les producteurs d’Hollywood ont tout doucement compris que le point de vue féminin pouvait rapporter des millions en dehors des genres bien codifiés de la comédie romantique (que j’adore hein, qu’on ne se méprenne pas!).

Magic Mike est sorti en 2012 et surfait sur cette « découverte » du pouvoir d’achat féminin en prétendant offrir aux femmes la même chose à laquelle les hommes hétéros avaient eu droit depuis des décennies : des acteurs sexualisés pour le plaisir des yeux, une histoire où les femmes auraient le pouvoir sexuel. C’est là-dessus que le marketing a intelligemment tout misé (je dis intelligemment car le film a explosé le box-office) en vendant ça comme une comédie à voir entre copines, un truc un peu osé dont on parle en gloussant ou en surjouant la croqueuse d’hommes. Quand je suis allée acheter le DVD dans la boutique près de chez moi, la vendeuse qui devait avoir la cinquantaine et était accompagnée par son fils ado ne se gênait d’ailleurs pas pour commenter mon choix avec enthousiasme : « Oh la la, quel bon achat! Je ne l’ai pas encore vu mais c’est dans mes projets : pour une fois que c’est un strip-tease de garçons! D’habitude c’est toujours les filles! ». En bref, Magic Mike cristallisait les espoirs en faisant croire qu’il allait « changer la donne ». Enfin, les femmes hétérosexuelles allaient avoir le droit de se rincer l’oeil sans complexe! Enfin ce seraient leurs désirs, leurs standards de beauté qui allaient compter et non plus ceux des hommes hétéros!

magic-mike-2

Je crois que j’ai rarement vu un mensonge marketing aussi décomplexé au cinéma! Car Magic Mike n’est PAS un film qui pense aux femmes. C’est un film d’hommes du début à la fin et les femmes sont en réalité les vrais personnages sexualisés et objetisés. Il ne suffit pas d’enlever son T-shirt pour perdre sa position dominante et se transformer en objet sexuel, quelque chose que les acteurs savent d’ailleurs parfaitement. Joe Manganiello qui joue « Big Dick Richie », l’un des strip-teaseurs, avait même déclaré au cours d’un interview à MTV :

Il n’y a rien de tel que l’objectisation des hommes, et je crois que c’est ce qu’on démontre dans le film : ça n’existe pas.

Une réflexion très lucide qui aurait pu être exploitée de manière très intéressante… mais malheureusement ce n’est pas le cas. Le pouvoir des personnages n’est jamais questionné ou discuté, le double-standard social non plus et les héros de Magic Mike ne jouent pas un rôle inversé en reprenant la place des strip-teaseuses femmes habituelles. Les spectatrices qui viennent les voir dans l’histoire y prennent du plaisir mais au final, ce sont les eux qui y trouvent le plus d’avantages. Et tout ça parait parfaitement normal.

Le mode de vie d’une strip-teaseuse de film est généralement celui d’une femme sur scène pour satisfaire les plaisirs d’hommes pas toujours recommandables, se faire exploiter par des patrons au coeur de pierre, avoir du mal à joindre les deux bouts et être une cible facile de la violence et des supposées pulsions masculines. Mike et ses collègues, à l’inverse, ont leur mot à dire face à leur patron, choisissent les filles qui leur plaisent, font la fête, s’éclatent, sont adulés et valorisés tous les soirs comme des stars. En fait, le rapport de force entre femmes et hommes reste le même ici qu’ailleurs : dans les autres films, les strip-teaseuses sont des objets de désir pour leurs clients et ici, les clientes sont des objets de plaisir pour leurs strip-teaseurs. Nulle part le désir et le plaisir féminins ne sont pris en compte. Les actrices de Magic Mike, à l’exception de la « petite amie », sont sexualisées et objetisées au profit des héros comme dans n’importe quel autre film. Il y a même une scène où l’un des strip-teaseurs fait palper les seins nus de sa femme à son jeune collègue en l’encourageant à coup de « Vas-y, je t’y autorise! » sans qu’il ne soit jamais demandé à l’épouse souriante ce qu’elle en pense.

Oh bien sûr, tout n’est pas parfait pour nos garçons! Mike a des états d’âme, une certaine mélancolie sur cette vie qui n’a pas de saveur : il voudrait une vraie petite amie qui soit amoureuse de lui, et puis c’est un artiste, il est créatif et se sent bridé par les projets de danses toujours sexuelles de son chef. Enfin, il y a les débordements dans la drogue de certains de ses collègues. Mais son malaise grandissant face à sa profession n’est pas celui d’une danseuse qui doit se battre pour faire entendre sa voix, faire respecter ses choix et se faire reconnaitre comme un individu à part entière. C’est juste celui d’un homme qui n’est plus épanoui dans un travail qui lui a paru autrefois excitant.

Des danses pour renforcer la puissance masculine

Un élément qui m’attirait énormément dans le film en dehors de la partie « strip-tease d’hommes », c’était le côté dansant qu’on nous promettait. Mike et ses copains allaient nous en mettre plein la vue dans une succession de chorégraphies sexys. Pour quelqu’un comme moi qui adore Bollywood, et sachant que c’était Channing Tatum qui avait été le premier héros des films Sexy Dance (Step Up en anglais) où il dansait déjà, c’était plutôt alléchant.

Malheureusement, les danses n’ont rien avoir avec celles de Bollywood, même les plus sensuelles, et ce n’est pas juste parce que les acteurs du film américain sont moins bons. A Bollywood, on exprime des émotions, on fait passer des choses qui permettent de mieux raconter l’histoire par la danse. On développe un personnage, on met en place une ambiance. Dans Magic Mike, les danses servent à confirmer la virilité et la position dominante des danseurs. Ils gardent le contrôle sur la horde de femmes devant eux, ils décident de chacune des étapes du spectacle. Certaines chorégraphies sont un peu ridicules, d’autres ridicules ET vulgaires (ils n’hésitent pas par exemple à faire toutes sortes de gestes autour de leur pénis et à faire mine de le secouer vers l’audience).

Magic-Mike4

En tout cas il semble que les strip-teaseurs ont pour ordre de n’être jamais grâcieux, élégants ou délicats – oh non, ce serait trop féminin! Du coup, ils sont souvent lourds et pas très beaux dans leurs mouvements, même si certains gestes pourraient être techniquement intéressants… Malgré tout, je ne nie pas que si ça avait été « en vrai », en se montant la tête entre filles avec l’ambiance, emportée par la fumée, la musique branchée et les quelques cocktails sirotés, j’aurais été la première à hurler avec enthousiasme devant les petits numéros des personnages. C’est juste qu’à l’écran, ça m’a laissée plus ennuyée et consternée que fascinée. Et puis il faut dire les choses comme elles sont, les danseurs sont vraiment moins bons que ceux de Bollywood et rarement synchronisés! Ce qui était peut-être fait exprès d’ailleurs… Voici une des chorégraphies qui m’a laissée incrédule (même si je suppose quand même qu’elle a un côté second degré – en tout cas j’espère) :

Forcément puisqu’il y a de la danse et des strip-teaseurs, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer la manière dont Hollywood à travers Magic Mike avait dépeint des hommes qui gagnent leur vie en plaisant aux femmes avec ce qui avait été fait par Bollywood dans Desi Boyz sorti l’année d’avant. Comme je l’ai déjà dit dans mon article sur ce film, je n’ai pas beaucoup aimé Desi Boyz mais il a un côté beaucoup plus complice et bon enfant que Magic Mike et surtout, même si les deux héros indiens profitent eux aussi de leur statut auprès des femmes et de l’ambiance festive, le regard féminin sur les corps masculins y est plus affirmé et plus personnalisé. La caméra ne filme pas toujours du point de vue des hommes et on n’oublie jamais que la tâche des strip-teaseurs est d’abord de fournir une prestation aux femmes. Petite démonstration.

Desi Boyz-MagicMike1Dans cette scène de Desi Boyz, celle que l’on suppose être la cliente célébrant son enterrement de vie de jeune fille est au centre de l’action, sur scène avec ses strip-teaseurs. Les garçons sont là pour la divertir et pour divertir ses copines et elle prend clairement une pose laissant entendre que c’est elle qui décide, qu’ils sont « à elle » et qu’elle est la reine de la soirée. Quant aux autres femmes, elles sont debout et actives, on les voit abondamment et leurs réactions sont filmées tout au long du clip.

Magic-Mike3

Dans les scènes de Magic Mike, le public féminin est souvent hors-champ. On l’entend crier, on voit des bouts de mains qui dépassent mais la caméra s’intéresse surtout aux performances physiques des héros sans trop se préoccuper du regard des clientes. On ne montre leurs réactions aux chorégraphies que rarement de près et jamais indépendamment de leurs interactions directes avec un danseur. C’est le point de vue des garçons qui compte et on nous le fait bien sentir. Quand on aperçoit les femmes, elles sont assises, souvent en arrière-plan laissant le danseur dominer l’image comme on le voit sur la photo ci-dessus. Aucune n’est jamais placée en position de force ou à égalité avec les danseurs comme l’est la fiancée de la scène de Desi Boyz : quand la caméra s’approche d’elles, elles sont généralement en train de pouffer, adoptent des attitudes relativement timides et ne prennent aucune initiative.

Desi Boyz-MagicMike2

Retour à Bollywood maintenant : dans la scène ci-dessus, le personnage interprété par John Abraham semble s’amuser mais il est bloqué contre le bar, immobile et passif (on voit que ses mains sont inactives et posées sur la table derrière lui). Ce sont les femmes qui le touchent et sont entreprenantes : il semble à leur disposition et les laisse faire. Je voulais mettre une scène de comparaison tirée de Magic Mike mais toutes celles qui pourraient faire l’affaire sont presque gênantes à voir en photo : les strip-teaseurs miment des actes sexuels sur des femmes allongées ou assises et c’est uniquement eux qui agissent et choisissent vers quelles clientes ils vont. En bref, on dirait qu’ils sont en position de domination. Bien sûr, les héros de Desi Boyz sont présentés comme tirant un véritable avantage de leur situation et restent quand même le centre de l’histoire. Malgré tout, la différence est là : les strip-teaseurs de Bollywood se préoccupent des désirs exprimés par les femmes tandis que ceux de Hollywood se préoccupent de ce qu’ils ont envie d’exprimer eux-mêmes.

Une scénario girly sans originalité

En dehors du machisme « naturel » du film, l’histoire ressemble à beaucoup de scénarios de films girly moyens et il n’y a absolument aucune surprise. La relation amoureuse manque de piquant, les « conflits » du héros n’ont rien d’original… Bref, le film ne fait pas non plus rêver par cet aspect-là.

C’est pourtant dommage car Channing Tatum est un acteur que j’adore retrouver. Il m’a fait plu dans le romantique Je te Prometsj’ai apprécié son sens comique ET romantique dans Sexy Dance et il m’a bien fait rire dans 21/22 Jump Street où son personnage de « beau gosse » ne reçoit pourtant aucune relation amoureuse en récompense et ne s’en porte pas plus mal, ce qui fait plutôt plaisir parce que ça change! Magic Mike a été créé à son initiative mais le résultat est très décevant pour le héros qu’il incarne : c’est comme s’il avait essayé de mélanger ses rôles romantiques à ceux comiques sans y arriver. Au final, Mike est banal, presque fade.

magic-mike-5

Le film n’est pas non plus drôle même si on sent qu’il y avait une bonne ambiance sur le tournage et que les créateurs ont essayé d’y mettre pas mal de second degré, notamment à travers le personnage de Dallas joué par un Matthew McConaughey doué pour l’autodérision. Et puis bien sûr, il y a une palette d’acteurs qu’on connait bien et qu’on aime souvent, ce qui aurait pu rendre les personnages sympathiques mais en fait pas vraiment… Le scénario s’aventure à un moment vers des aspects plus sombres lorsque les excès de la drogue et les dérives d’Adam commencent à devenir trop problématiques… mais cette intrigue n’est jamais vraiment réglée et franchement cliché, surtout si on a l’habitude des comédies du genre.

Au final, à force d’hésiter entre film qui se prend au sérieux, film sombre et film drôle, en ayant été créé comme un film pour hommes mais en étant vendu dans un packaging pour femmes, on se retrouve avec un objet cinéma mal ficelé qui n’a rien de bien marquant et dont on pourrait parfaitement se passer. Bref, j’espère que pour le second volet, la production ne nous vendra pas Magic Mike XXL comme un film de nanas, remettra en cause son sexisme « naturel » en le commentant ou en montrant plus les femmes et améliorera la qualité de ses chorégraphies… Mais honnêtement, vous voulez que je vous dise? J’y crois pas trop… Dans les premières images du film, Mike et ses collègues sont encore présentés comme des tombeurs qui vivent en vrai tous les supposés fantasmes masculins, et la manière dont ils se frottent aux filles venues les voir me donne l’impression que c’est toujours eux qui mènent le jeu…

Advertisements

2 réponses à “Magic Mike et ses strip-teaseurs, le faux film girly est en fait un film de mecs

  1. Je ne suis pas du tout d accord avec cette critique car de un les films de bollywood ne sont pas comparables…on est très loin de notre mode de vie…de deux avant de critiquer le film en disant qu’il est vulgaire etc allez plus tôt voir un vrai show et vous verrez que le film reste correct!!! De 3 un homme qui fait le métier de strip tease ce n’est pas pareil qu’une femme donc c’est logique qu’ils ne vivent pas de la même façon!!!une femme qui va voir un strip tease va s amuser se rincer l oeil et profiter du show…un homme est plus pervers envers la strip teaseuse!!!et puis une femme risque de se faire agresser par certains fou quand elle finit son show tandis qu’un homme ne risque rien d autre que le poing du mari au pire!!! Qu’on le veuille ou non…nous nous efforçons à être égaux dans certains métier mais il faut être honnête l homme à des facilités que la femme n a pas et vice versa…bref cette critique est tout bonnement de mauvaise foi tout ça parce que vous avez été frustrée de ne pas avoir la totale et de ne pas avoir mouillé votre petite culotte!!! C’est un film pour femme car je connais pas un homme sauf homo qui regarderai plus d une heure des mecs dansant et finissant en string!!!voilà mon avis mais franchement supprimer cette critique de m**** qui fait vraiment penses à une coincé qui est choquer pour un rien ou à une insatisfaite au lit!!!!

    • Votre passion farouche pour défendre un film qui a l’air de vous avoir profondément touchée est louable mais sachez que si vous postez un autre message insultant et agressif comme celui-ci, je le supprimerai tout simplement. Ici c’est mon blog et j’y dit ce que je veux, j’y publie ce que je veux et si je suis contente de dialoguer et débattre, je n’ai pas l’intention qu’on m’y parle sur ce ton (d’ailleurs il faudrait savoir : je suis coincée et choquée pour un rien ou je suis déçue de ne pas voir eu la totale qui m’aurait fait mouiller ma petite culotte?)

      Maintenant pour répondre à vos différents points bien que je ne suis pas sûre que vous ayez vraiment essayé de comprendre mon propos, j’expliquais que le marketing avait présenté ce film comme un film qui traitait les acteurs hommes comme sont traitées les actrices ordinairement. Or c’est tout simplement faux, et vous semblez même d’accord pour dire que le strip-tease exercé par une femme ou par un homme va avoir des imapcts différents. Ce film ne donne pas le pouvoir aux femmes, il le donne toujours aux hommes. La subversion des rôles promise par la pub, les images et le discours autour du film est donc bien menteur.

      En dehors de ça, je pense que vous avez une vision très stéréotypée des hommes (des pervers potentiellement fous, incapables de voir des hommes danser) et des femmes (accompagnées par leurs maris qui les défendent de leurs poings), ainsi que des films de Bollywood (bien sûr qu’on est « loin de notre mode de vie » dans les films de Bollywood car ils décrivent des univers IMAGINAIRES, sachez d’ailleurs que ce qu’on voit dans les films d’Hollywood, c’est aussi « très loin de notre mode de vie » car la culture américaine n’est pas la nôtre et Hollywood n’est pas la réalité).

      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s