Trop jeune pour rendre le monde meilleur? Etre un citoyen engagé avant 18 ans

Contrairement aux pays anglo-saxons où les associations et les clubs fleurissent au lycée voire dès le collège, les lycées français sont avares en activités extra-scolaires. Il y a bien quelques profs courageux – souvent les profs de sport – qui organisent des activités en dehors des cours, mais cela reste assez confidentiel. J’aimerais bien que l’Education Nationale s’inspire de cette démarche à l’anglaise et donne des plateformes aux jeunes pour s’engager au collège ou au lycée. Le principal moyen d’expression citoyenne des élèves ne devraient pas être dans les manifs et les blocages de leur lycée! Pour encourager l’engagement dès le plus jeune âge, j’ai eu envie de publier ce petit article. En attendant une révolution des mentalités, voici certaines options accessibles aux mineurs qui aimeraient faire quelque chose pour leur société sans attendre d’avoir 18 ans.

Récapitulatif des points abordés :

  • Faire du bénévolat pour une association ou une ONG en France
  • Rejoindre un conseil de la jeunesse
  • Rejoindre un syndicat lycéen
  • Partir en « chantier de jeunesse » en France ou à l’étranger
  • Monter son propre projet

 Faire du bénévolat pour une association

La plupart des associations préfèrent accueillir des adultes pour des raisons de responsabilités légales. Cependant, certaines sont ouvertes aux mineurs avec autorisation des parents. Il y a probablement d’autres mouvements que ceux que je vais vous présenter ici et je suis prête à le mettre à jour si vous me signalez de nouvelles options.

Amnesty International : les droits humains

Fondée en 1961 par l’Anglais Peter Benenson, Amnesty International est née d’une idée de génie : les dictatures du monde et les exactions ne sont pas le problème des seuls habitants du pays victimes et si d’autres citoyens d’autres expriment leur indignation, les responsables comprendront qu’ils n’agissent pas en toute impunité et que le monde les regarde.

Amnesty International est aujourd’hui une organisation présente dans de nombreux pays, estimée et reconnue et qui comptent des millions de sympathisants et de membres dans le monde. De nombreuses personnalités politiques, du cinéma, de la musique ou d’autres domaines lui ont assuré son soutien au cours des décennies. Dotée du statut consultatif aux Nations Unies, Amnesty a même obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1977!

Quel est le rôle des jeunes à Amnesty International ?

L’ONG est structurée en groupes régionaux qui sont soutenus et orientés par la section nationale. En France, « les antennes jeunes » accueillent les plus jeunes militants et sont généralement accessibles dès le lycée.

Les jeunes font les mêmes choses que les adultes : ils sensibilisent le grand public aux questions de droits de l’homme et aux dossiers les plus brûlants du moment, ils organisent des activités, récoltent des signatures pour des campagnes importantes, lèvent des fonds (c’est-à-dire qu’ils collectent de l’argent pour Amnesty) etc. Amnesty va souvent encourager les jeunes à faire particulièrement campagne sur des sujets qui les concernent de près : l’oppression de certains étudiants dans le monde, le droit des enfants etc.

Comment rejoindre Amnesty International en tant que mineur?

La première étape est de vous renseigner auprès d’Amnesty International pour savoir s’il y a une antenne jeune près de chez vous. Consultez la carte de France interactive qui vous permettra d’identifier rapidement les groupes de votre région puis écrivez un email au groupe qui vous convient.

S’il n’existe aucune antenne jeunes près de chez vous et que vous pensez que plusieurs de vos amis ou d’autres élèves du lycée pourraient être intéressés à agir pour les droits humains, vous pouvez en créer une vous-même. Pour cela, contactez Amnesty International et faites-leur part de votre projet. Ils vont expliqueront la marche à suivre. N’hésitez pas à les relancer si vous n’obtenez pas de réponse.

Pour vous donner envie, les jeunes militants ont monté une sympathique vidéo de recrutement :

La Croix-Rouge : paix, exclusions, urgence et secourisme

La Croix-Rouge a été créée en 1859 par le Suisse Henry Dunant lors de la bataille de Solférino. Dunant, soutenu par la population locale, décide de porter secours aux soldats blessés des deux camps, sans discrimination. Quatre ans plus tard, en 1863, le Comité International de la Croix Rouge est créé avec pour objectif le secours aux blessés militaires. C’est à partir de cette idée humaniste que naitra le droit international humanitaire et la Convention de Genève qui impose un cadre de respect des droits de l’homme à la guerre comme l’interdiction de tuer un prisonnier ou de s’attaquer aux civils.

Aujourd’hui, présente dans 189 pays sous le nom de Croix-Rouge ou Croissant-Rouge, elle s’attache surtout à protéger la santé, à sauver des vies ainsi qu’à faire respecter la personne humaine. Elle promeut des valeurs d’humanité, de dialogue culturel et de paix. Elle intervient souvent lors des conflits dans le monde ou lors des catastrophes naturelles pour porter secours aux populations. En France, elle lutte contre la précarité et intervient dans les champs sanitaire, social et médico-social.

Quel est le rôle des jeunes à la Croix-Rouge ?

La place des jeunes est très variable d’une région à l’autre et les responsabilités varient selon les âges. En règle générale, agir pour la Croix-Rouge cela peut vouloir dire aider des personnes à apprendre à lire, initier les autres au droit humanitaire ou aux gestes de premier secours, soutenir des immigrés en situation de précarité, aider des sans-abris et des personnes âgées ou encore être secouriste bénévole. En fonction de leur âge, les mineurs auront accès a plus ou moins d’activités et la Croix-Rouge peut aussi soutenir les jeunes sur un projet spécifique.

Pour avoir en savoir plus sur la place des jeunes au sein de la Croix-Rouge, vous pouvez consulter l’espace dédié.

Comment rejoindre la Croix-Rouge en tant que mineur ?

La Croix-Rouge dispose d’un coordinateur jeunesse dans de nombreuses régions et d’un service spécial au siège. Le mieux est donc de contacter votre coordinateur régional et en cas d’absence de réponse, de contacter le service jeunesse. Vous trouverez la liste des équipes bénévoles en France ici.

L’UNICEF: le droit des enfants dans le monde

UNICEF-jeunes-ONU

Des jeunes de l’UNICEF à la conférence de l’ONU sur le changement climatique – Souce: UN Climate Change

L’UNICEF est le «Fonds international des Nations-Unies pour l’éducation et l’enfance», une agence de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) créée en 1946 et présente dans 150 pays. Son rôle est d’assurer la protection des enfants sur tous les plans : éducation, santé, nutrition, égalité etc. Les actions de l’UNICEF sont aussi internationales : elle intervient dans des pays en développement pour vacciner des enfants ou soutenir des programmes d’éducation, elle surveille les zones de conflit et de catastrophes naturelles etc.

Dans les pays industrialisés comme la France, l’UNICEF dispose de comités qui permettent de sensibiliser la population à la cause des enfants et de lever des fonds pour ses programmes. En France, l’UNICEF surveille aussi les questions touchant les mineurs comme la réforme de la justice ou de l’éducation.

Quelle est la place des jeunes à l’UNICEF ?

L’UNICEF est divisée en plusieurs types de structures jeunesse. Il y en a une pour le collège, le «Club UNICEF jeunes» et une pour le lycée les «Jeunes Ambassadeurs de l’UNICEF».

En fonction de votre âge, vous pourrez en apprendre plus sur la situation des enfants dans le monde, débattre, diffuser l’information que l’UNICEF vous envoie, sensibiliser les autres élèves aux questions des droits de l’enfant, organiser des activités à thème comme des expositions ou des conférences, vous mobiliser au cours d’actions publiques etc.

Plus d’information sur l’engagement des jeunes ici ou encore ici.

Comment rejoindre l’UNICEF en tant que mineur ?

En tant que collégien, vous devez d’abord en discuter avec des amis et trouver un professeur ou un adulte du collège (la documentaliste, la CPE etc.) qui soit prêt à vous encadrer et à participer au groupe avec vous s’il n’y a pas déjà un groupe dans votre au collège. Ce sera alors au tour de cet adulte de contacter l’UNICEF pour connaitre les démarches nécessaires pour créer un groupe au sein du collège.

En tant que lycéen, vous agissez au sein du comité départemental avec les autres lycéens et les bénévoles adultes. Un accompagnateur adulte, souvent un étudiant, vous aidera dans vos projets et votre démarche bénévole.

Votre référent adulte pour les groupes collèges ou vous-mêmes en tant que lycéen devez contacter le comité départemental le plus proche de chez vous afin de rejoindre l’UNICEF. Vous trouverez la liste ici.

Le Secours Populaire: pauvreté et exclusion

L’idée qui a donné naissance au Secours Populaire date de 1926 lorsque plusieurs intellectuels français fondent un mouvement inspiré de la Croix-Rouge qui veut lutter contre la pauvreté et les exclusions. Ses principaux sujets d’actions sont alors les enfants les plus démunis, les prisonniers de guerre et les déportés. C’est après la Seconde Guerre Mondiale que le Secours Populaire prend sa forme actuelle. Beaucoup de ses bénévoles sont alors d’anciens résistants ou déportés qui veulent mettre en place un mouvement de « solidarité populaire ».

Aujourd’hui présent dans toute la France et agissant contre la pauvreté et les exclusions en France et dans le monde, le Secours Populaire fonde son action sur la devise « Tout ce qui est humain est nôtre ».

Quelle est la place des jeunes au Secours Populaire?

Le Secours Populaire a créé un mouvement spécial pour les plus jeunes des citoyens engagés. Ainsi avec « Copains du Monde », les 9-12 ans ont un espace réservé sur leur site Internet et la possibilité de se réunir ensemble dans des clubs. Ils sont dès le départ tout-à-fait intégrés dans les missions bénévoles : ils peuvent organiser des activités comme des concerts, des expositions etc. avec l’aide des adultes afin de sensibiliser les autres enfants ou de récolter de l’argent, ils peuvent aussi assister les adultes dans les actions classiques du Secours Populaire : trier des vêtements et des livres pour les revendre, collecter des affaires pour les envoyer dans des pays étrangers, écrire des messages aux enfants du monde en difficulté, aider des personnes âgées en maison de retraite.

Il existe actuellement 60 clubs dans plus de 40 départements!

Si ce mouvement vous intéresse, vous pouvez faire un tour sur le site des « Copains du Monde » du Secours Populaire.

Pour les plus âgés, vous pourrez faire le même genre d’action de manière plus autonome.

Comment rejoindre le Secours Populaire en tant que mineur?

Pour les Copains du Monde, vous pouvez remplir un formulaire ou envoyer un e-mail aux responsables de la section ici.

Vous pouvez aussi contacter l’antenne du Secours Populaire la plus proche de chez vous et leur expliquer que vous souhaitez agir avec eux en tant que mineur. Ils vous orienteront peut-être vers une section où d’autres jeunes agissent déjà ou ils vous expliqueront comment participer à leur section. Vous trouverez toutes les coordonnées dont vous avez besoin à l’adresse suivante.


Rejoindre un conseil de la jeunesse

A partir de 7 ans et jusqu’à 25 ans, vous pouvez rejoindre un « Conseil jeunesse ». L’âge d’accès au conseil varie selon les localités et les régions et il est en fait généralement de 13 ans minimum. Il s’agit d’un groupe de jeunes élus ou volontaires qui se réunissent pour réfléchir et dialoguer avec un élu local sur des sujets qui leur tienne à cœur.

C’est un excellent moyen de découvrir la vie politique locale et de s’engager au sein de votre région. Les élus consultent les jeunes pour avoir leur avis sur différents projets et vous avez donc là l’occasion idéale pour vous exprimer sur la vie dans votre quartier.

N’hésitez pas à demander à la mairie plus d’informations ou s’ils n’en ont pas, demandez-leur de vous orienter vers votre conseil régional. Vos profs, notamment à votre prof d’éducation civique, pourront peut-être aussi vous renseigner.

Enfin, vous pouvez contacter l’ANACEJ, l’association des conseils d’enfants et de jeunes. N’hésitez pas à consulter leur site pour en savoir plus et découvrir les différentes actions mises en place par les conseils.


Rejoindre un syndicat lycéen

Manif-syndicat-etudiant-wiki

Le syndicat lycéen FIDL à une manifestation en 2013 – Source : Chris93, Wikipédia

Les syndicats lycéens ne sont pas des « syndicats » au sens juridique du terme mais plutôt des associations lycéennes. Cependant, ils considèrent que leurs missions sont proches de celles des syndicats professionnels. Les syndicats lycéens prennent position sur des questions liées aux politiques et aux droits des lycéens, y compris en matière de discriminations et de violence.

Certains syndicats lycéens sont très politisés et proches de partis politiques, qu’ils soient de gauche ou de droite. Cela peut être un premier pas avant de rejoindre la branche « jeunes » du parti politique de votre choix tout en vous laissant une certaine indépendance. Comme les syndicats lycéens sont rarement directement sous les ordres d’un parti, ils peuvent se permettre plus de libertés politiques. Avant de vous engager, il est donc important d’identifier quel syndicat correspond le plus à votre opinion puis de vous renseigner si votre lycée ou votre localité en héberge une section.

Si vous rejoignez un syndicat et que vous souhaitez agir dans votre lycée, je vous conseille de discuter diplomatiquement avec votre CPE pour lui exposer vos motifs. Les établissements scolaires, surtout les plus conservateurs, n’aiment pas beaucoup voir leur tranquillité bouleversée pour des motifs politiques et vous pouvez avoir des ennuis si vous les prenez par surprise. L’engagement citoyen, c’est aussi apprendre à respecter l’opinion des autres et à canaliser son agressivité militante. Malgré tout, aucun établissement public n’a le droit de vous empêcher de poursuivre une activité militante si vous ne perturbez pas l’organisation pédagogique.


Partir en « chantier de jeunesse » en France ou à l’étranger

Les chantiers de jeunesse, aussi appelés « workcamps » en anglais,  sont des sortes de grandes colos d’une durée de dix jours à trois semaines qui réunissent des jeunes du monde entier et des jeunes du pays d’accueil pour travailler bénévolement sur différents projets. Il s’agit d’un mouvement international né après la guerre afin de favoriser les rapprochements entre les jeunes du monde entier, la compréhension mutuelle et l’échange des cultures dans l’espoir d’instaurer les bases nécessaires à une future paix mondiale.

Les tâchent varient complètement d’un chantier à l’autre. Par exemple il peut s’agir de rénover une école ou un puits, de nettoyer un parc, d’installer une aire de jeux pour les enfants du quartier ou simplement de débattre sur des sujets d’actualité et sur le thème des échanges culturels internationaux avec les autres jeunes présents et les associations locales.

C’est une formidable expérience, surtout quand on n’a pas encore eu beaucoup l’occasion de se retrouver plongé dans une culture étrangère sans sa famille. On échange avec d’autres jeunes venus de toute l’Europe et d’ailleurs, on découvre la vie des jeunes locaux et de leurs accompagnateurs… C’est aussi une bonne occasion de partir pour des pays méconnus, parfois très différents, et de garder une certaine autonomie dans la rencontre avec ce pays tout en étant très bien accompagné!

Les conditions

Ces chantiers sont accessibles à partir de 13 ans, plus souvent 15 ou 16 ans. A partir de 17 ans, vous pourrez avoir accès à certains chantiers « adultes » avec l’autorisation de vos parents. On demande souvent un niveau minimum en anglais ou dans la langue du pays d’accueil, mais vous pouvez très bien vous débrouiller avec seulement quelques bases et c’est aussi un moyen de progresser! Généralement, les chantiers pour mineurs ont lieu pendant l’été même s’il y a quelques possibilités en mai, juin et septembre pour les plus de 16 ans.

Vous aurez souvent à payer des frais de dossier de 50 à 300 euros ainsi que votre trajet jusqu’au chantier. L’hébergement (généralement en dortoir, chambre partagée ou famille d’accueil), la nourriture et les différentes dépenses nécessaires sur place comme le transport de votre hébergement au chantier sont en principe compris dans vos frais de dossier.

Les chantiers pour mineurs étant beaucoup plus rares que les chantiers pour adultes, notamment parce qu’ils exigent un encadrement plus stricts, ils sont rapidement réservés. Renseignez-vous rapidement et dépêchez-vous de vous inscrire !

Où s’adresser?

Voici quelques organisations qui proposent des chantiers pour les mineurs (liste mise à jour en avril 2016):

  • Jeunesse et Reconstruction ouvre certains chantiers à partir de 14 ans en Allemagne, en Hongrie, en Italie, en Islande, au Kirghizstan, en Estonie, en Serbie, en Belgique en République Tchèque, en Turquie et en France
  • Concordia propose des chantiers à partir de 15 ans en Allemagne, Espagne, Estonie, Islande, Italie, Turquie, Serbie et France
  • Rempart propose des chantiers patrimoine en France à partir de 12 ans
  • UNAREC propose des chantiers à partir de 14 ans en Italie, Islande, Espagne, Turquie, Allemagne, France, Kirghizstan, Russie, Estonie, République Tchèque et en Indonésie
  • Solidarités Jeunesses propose certains chantiers ouverts dès 14 ans en Italie, Allemagne, Estonie, Turquie, Belgique, Espagne, Finlande, France, Kirghizstan, en Haïti, au Burkina Faso et aux Etats-Unis. Cependant, il semble que certains chantiers officiellement ouverts aux mineurs sont en fait restreints.

Si vous êtes partis avec d’autres organismes, n’hésitez pas à m’en faire part !


Monter son propre projet

Créer son association

Depuis juillet 2011, vous avez la « majorité associative » dès 16 ans. Cela signifie que vous pouvez créer vous-même votre association officielle sans passer par la représentation de vos parents même s’ils doivent quand même vous fournir une autorisation écrite.

Monter votre association peut vous apporter plusieurs avantages dans la mise en oeuvre dans votre projet solidaire : si vous souhaitez monter un projet dans votre quartier ou votre lycée, ou encore obtenir des conditions spéciales pour des choses comme un voyage de groupe, cela vous donnera plusieurs facilités administratives et une certaine crédibilité officielle.

Il faut cependant avoir un projet un minimum construit avant de commencer. En règle générale, il est bon de participer à des associations déjà existantes avant de lancer la sienne, même si la thématique est différente, afin de mieux connaitre le secteur et les actions existantes, de savoir plus précisément ce qu’on veut faire de nouveau ou de personnel et quelles sont les méthodes pour y parvenir.

La junior association

Si la création d’une vraie association vous parait une tâche compliquée par vous-même ou que vous avez moins de 16 ans, vous pouvez créer votre propre « Junior Association ». Il s’agit d’un label mis en place par les pouvoirs publics et soutenus par des mouvements éducatifs et non d’une véritable association. Ce label vous permettra de recevoir un appui dans l’élaboration de votre projet et de nombreux conseils. Les conditions : être au moins deux et avoir entre 12 et 18 ans.

Pour en savoir plus et avoir des conseils sur les démarches à effectuer, contacter le réseau national des « Juniors Associations ».

Monter un projet européen

L’Union Européenne cherche à encourager activement l’engagement citoyen des jeunes européens. Vous pouvez monter vos projets jeunesse dans le cadre du programme «Erasmus Plus» si vous intégrez une dimension européenne à vos objectifs et que vous envisagez la rencontre avec d’autres jeunes. Vous aurez accès à des financements et des sessions de formation. Parmi les projets possibles, il y a les échanges ou séminaires de jeunes pour les 13-30 ans qui permet de mettre en place une rencontre de une à trois semaines avec d’autres jeunes d’un ou plusieurs autres pays européens sur des thèmes culturels, sociaux etc.

Pour en savoir plus sur les conditions de ces projets, il vous faudra probablement contacter une association telle que le CIDJ ou le CIJ ou la mission locale de votre région qui vous accompagnera. Sinon, vous pouvez vous renseigner sur le site d’Erasmus Plus.

Les bourses de voyages

Plusieurs dispositifs existent afin de mettre à de jeunes mineurs de monter un projet en rapport avec l’étranger ou simplement de mener un voyage d’études.

Les bourses publiques

Renseignez-vous auprès de votre conseil régional ou de votre mairie. Plusieurs d’entre eux disposent de bourses pour les jeunes à partir de 15 ans, quelquefois avant. Les conditions d’attribution de la bourse varient grandement de l’une à l’autre, il faut donc voir si votre projet rentre dans les cadres d’attribution.

Parmi quelques exemples, vous pourrez avoir accès à ce type de financement si vous vivez ou étudiez à Paris, en Savoie, dans l’Isère, les Côtes d’Armor etc.

D’autres bourses spécifiques existent comme les bourses « Défi Jeunes » souvent ouvertes dès 11 ans ou les bourses du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Le mieux est de vous renseigner auprès de votre mission locale ou de votre Centre d’Information Jeunesse local (demandez à la mairie si vous ne savez pas où cela se trouve).

La bourse Zellidja

Une bourse privée existe pour les 16-20 ans, c’est la bourse Zellidja pour un voyage d’études sur le sujet de votre choix dans le pays de votre choix.


Voilà un rapide panorama des possibilités existantes pour s’engager socialement avant 18 ans. N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions, expériences ou témoignages pour enrichir cet article!

Dernière mise à jour: 27 avril 2015.

Advertisements

2 réponses à “Trop jeune pour rendre le monde meilleur? Etre un citoyen engagé avant 18 ans

    • Merci et oui, je pense que les lycéens auraient vraiment besoin de plus d’espace pour pouvoir agir selon leurs convictions! On parle beaucoup de droit de vote à 16 ans, mais on attend que les lycéens exercent leur droit de vote sans pouvoir rien faire d’autre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s